Aller au menu Aller au contenu
Pass pour un monde en devenir
Pass pour un monde en devenir

> L'école > Veille

Des nanocelluloses dans l'emballage de dispositifs médicaux stériles ?

Publié le 28 mai 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Publication - Parution

Un papier contenant des nanocelluloses pourrait-il techniquement être dédié à l'emballage de dispositifs médicaux stériles ? Y-a-t-il un marché pour ce nouveau type de papier à usage médical ? Quelles seraient les perspectives économiques envisageables ?

pag_carrousel-veille.jpg

pag_carrousel-veille.jpg

Pour garantir la sécurité du patient et des utilisateurs, les fabricants de dispositifs médicaux stériles, les entreprises de stérilisation et les services de stérilisation hospitaliers doivent respecter les exigences des directives européennes Dispositifs Médicaux. Ils doivent employer des procédures appropriées permettant d’assurer la stérilité et de maintenir celle-ci jusqu’à l’utilisation du dispositif. De nombreux éléments sont à prendre en compte : tout d’abord l’efficacité du système d’emballage sélectionné.

Ce système d’emballage est a minima composé d’un emballage dans lequel le dispositif est stérilisé, généralement constitué d’un double emballage, qui permet de sécuriser l’état stérile du dispositif à l’ouverture, complété le plus souvent d’un emballage de protection pour maintenir l’intégrité de l’emballage et du dispositif pendant le stockage et la distribution. Le choix d’un système d’emballage doit lui-même prendre en compte un grand nombre de facteurs : l’adéquation des matériaux constituant la barrière stérile qui doivent être biocompatibles, non toxiques, compatibles avec le process de stérilisation préconisé par le fournisseur d’emballage, le process de scellage et compatibles avec l’étiquetage. Quant à l’emballage de protection, il doit résister aux contraintes mécaniques et climatiques du lieu de stockage et du circuit de distribution envisagé.

Dans le domaine médical, plusieurs applications nécessitent l’usage de matériaux fibreux comme le papier. Il sert à fabriquer des masques chirurgicaux, des draps d’opération ou encore des lingettes, mais également pour emballer des produits stériles. Pour ces différents usages, le papier nécessite des propriétés spécifiques à chaque application. Le marché actuel des papiers à usage médical est dominé par le papier crêpé et le non-tissé en raison de leurs propriétés uniques.

Du fait de ses nombreuses propriétés (mécaniques, barrière, acoustiques, thermiques...), la cellulose retient l’attention des industriels à la recherche de nouvelles performances pour leurs matériaux. Elle peut, dans de nombreux cas, se substituer aux matériaux issus de la chimie des hydrocarbures. Utilisée comme biocomposant sous différentes formes et à différentes échelles, elle permet d’atteindre des performances remarquables. Sous la forme de nanocristaux de cellulose (NCC) ou de microfibrilles de cellulose (MFC), la cellulose est aussi robuste que le kevlar ou l’acier tout en étant d’une extrême légèreté.

Les nanocelluloses peuvent conférer des propriétés barrière aux emballages. De plus, leur surface spécifique permet d’ajouter des agents actifs bactéricides pouvant être relargués, allongeant ainsi la durée d’utilisation de l’emballage. Industrialisé depuis peu, ce matériau coûte cher (50 euros/kg). Néanmoins, sur le long terme, son coût pourrait être réduit à 10 euros/kg.

Cela pourrait-il favoriser l'émergence d’un papier contenant des nanocelluloses dédié à l'emballage de dispositifs médicaux stériles ? Quels en sont les atouts et faiblesses techniques ? Y-a-t-il un marché pour ces nouveaux papiers à usage médical ? Quelles seraient les perspectives économiques envisageables ?

[Lire la suite...]


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 6 mars 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes