Aller au menu Aller au contenu
Pass pour un monde en devenir
Pass pour un monde en devenir

> L'école > Media

Encre EB et impression d'emballages alimentaires

Publié le 26 juin 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Publication - Parution

L'encre utilisée pour imprimer des emballages destinés au contact des aliments est soumise à diverses contraintes techniques. L'encre à séchage par faisceau d'électrons (encre EB) répond-elle à ces exigences ? Quel est son positionnement sur le marché et ses perspectives économiques ? Des élèves-ingénieurs de Grenoble INP-Pagora tentent de répondre à ces questions dans ce mémoire de veille technologique & intelligence économique alliant état de l'art et analyse de marché.

pag_carrousel-veille.jpg

pag_carrousel-veille.jpg

Il existe diverses manières d’imprimer et de sécher des encres ou vernis. Chaque technique répond à des problématiques liées à des contraintes techniques, économiques et juridiques.
L’emballage alimentaire est l’un des secteurs d'impression les plus contraignants en raison des nombreuses restrictions concernant la toxicité des matériaux en contact avec les aliments. L’un des éléments essentiels à contrôler est l’encre : sa migration de l'emballage vers l'aliment peut être néfaste pour la santé du fait des solvants ou encore des matières colorantes qu'elle contient.

De plus, pour l'impression d'emballages destinés au contact des aliments, l'encre doit répondre à certaines exigences. Il faut un séchage le plus rapide possible afin de placer les opérations de transformation à la suite de l’impression pour gagner en productivité. C’est l'avantage des encres à séchage par polymérisation : encre ultra-violet (encre UV) et encre à faisceau d'électrons ou Electron Beam (encre EB). En outre, ces deux types d’encre permettent d’obtenir un film d'encre d'épaisseur constante à l’impression c’est-à-dire que l’épaisseur déposée correspond à celle séchée. La présence de photoamorceurs dans la formulation de l'encre UV interdit son utilisation pour imprimer les emballages alimentaires.
Qu’en est-il de l'encre EB ? Est-il possible de mettre à profit les avantages de ce procédé dans l’impression d'emballages de produits alimentaires ? Cette solution est-elle viable économiquement ?

En savoir plus...

Mémoire de veille technologique & intelligence économique : Encre EB et impression d'emballages alimentaires


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 26 juin 2014

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes