Aller au menu Aller au contenu
Pass pour un monde en devenir
Pass pour un monde en devenir

> L'école > Veille

Peintures décoratives : vers plus de chimie verte ?

Publié le 16 avril 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Publication - Parution

Poussé par les normes et réglementations environnementales et sanitaires, les attentes des consommateurs et l'intérêt stratégique des industriels, le secteur des peintures décoratives peut-il évoluer vers l'intégration de matériaux biosourcés ?

pag_carrousel-veille.jpg

pag_carrousel-veille.jpg

Selon le Syndicat national des Industries des Peintures, Enduits et Vernis (SIPEV), en France, pour 2014, le secteur des peintures, enduits et vernis enregistre un chiffre d'affaires de 2,5 milliards d'euros et emploie directement 11 500 personnes. Pour les peintures, il y a cinq secteurs d’activités : décoration, bâtiment, industrie, automobile et anticorrosion / marine.

Cette étude s'intéresse à la peinture décorative. Le terme "peinture décorative" désigne l'ensemble des "peintures bâtiment" (mises en œuvre par les professionnels) et l’ensemble des "peintures grand public" (appliquées par les consommateurs pour leurs besoins propres).

Rappelons que chaque individu passe en moyenne 80% de son temps en espace clos ou semi-clos (logement, lieu de travail, école, espace de loisirs, commerces, transports, etc.). Or, divers polluants plus ou moins toxiques ayant des effets sur le confort et la santé, depuis la simple gêne (odeurs, irritation des yeux et de la peau) jusqu'à l'aggravation ou le développement de pathologies comme les allergies respiratoires. La question de la qualité de l'air intérieur est une préoccupation majeure de santé publique. La lutte contre la pollution intérieure est désormais prise en compte dans les préoccupations de performance des projets de construction. Outre la qualité de la peinture et sa compétitivité sur le marché, les consommateurs se sentent de plus en plus concernés par l’utilisation de produits sains et "eco-friendly". D'où l'apparition de peintures contenant des matériaux issus de ressources végétales afin de rivaliser avec les peintures classiques à base de matériaux issus de la pétrochimie.

Où en est l’intégration de la chimie verte, notamment des nanocelluloses, dans les peintures ? Quelles sont les perspectives envisageables pour les peintures biosourcées sur le marché des peintures de décoration ?

[Lire la suite...]


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 6 mars 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes