Aller au menu Aller au contenu
Pass pour un monde en devenir
Pass pour un monde en devenir

> L'école > Media

Un tour d'horizon complet sur le blanchiment à IPBC 2014

Publié le 20 novembre 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Conférence du 29 octobre 2014 au 31 octobre 2014

Venus de 22 pays, 150 participants étaient présents fin octobre à Grenoble pour l'International Pulp Bleaching Conference (IPBC), la seule conférence mondiale qui fait le point sur les dernières avancées technologiques et scientifiques concernant le blanchiment des fibres cellulosiques à usage papetier et de la cellulose à usages chimique et textile.

ipbconference2014_Pierre_Jayet-55.jpg

ipbconference2014_Pierre_Jayet-55.jpg

Organisée sur un rythme triennal, la dernière édition d'IPBC s’est tenue à Portland (Oregon) en 2011, et cette édition 2014 est la première à se tenir en France. De très haut niveau, cette conférence réunit tous les acteurs concernés par ce sujet et s’adresse à un public international diversifié : producteurs de pâte à papier et de cellulose, fournisseurs d’équipements et de produits chimiques, universitaires et chercheurs. Venus des quatre coins du monde, la moitié des participants était issue de l'industrie et l'autre, des milieux scientifique et académique. Les conférenciers ont représenté une grande diversité de pays : Finlande, Suède, Canada, États-Unis, Japon, Brésil, Uruguay, Nouvelle-Zélande, Autriche, Portugal, Espagne, Bulgarie, Mexique et, bien sûr, la France avec la participation de plusieurs chercheurs du Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2) de Grenoble INP-Pagora et du Centre Technique du Papier.

Le 29 octobre, la présidente des programmes, Christine Chirat (Grenoble INP-Pagora/LGP2) et le président du congrès, Gopal Goyal (International Paper) ont ouvert la conférence dans le cadre prestigieux du Musée de Grenoble.
Elle a débuté par une session sur des témoignages industriels. Petri Vasara (Pöyry Management Consulting) a fait part de ses réflexions sur les besoins ou non de matériaux de très hautes blancheurs. Mats Backman (UPM,) a exposé la stratégie mise en place par le groupe UPM pour implanter des nouveaux procédés de blanchiment.
Tony Johnson (Beca Amec) a abordé le thème de la gestion des risques dans les lignes de fibres et de blanchiment. Denis Sens (Tembec) a fait le point sur la production de cellulose de spécialités. Enfin, Marcelo Rodrigues da Silva (Fibria) a fait le point sur l’industrie de la cellulose en Amérique du Sud, et des investissements colossaux à venir dans ces pays.


Cette session d’ouverture a été suivie d’une visite privée du musée d’art de Grenoble, très appréciée par les participants, et d’un cocktail de bienvenue marqué par les allocutions de Claus Habfast (Grenoble Alpes Métropole) représentant le maire de Grenoble, et de Brigitte Plateau, Administrateur général de Grenoble INP.
Cette dernière a souligné que "L’industrie du papier fait partie de notre histoire depuis le 19ème siècle et Grenoble est restée parmi les rares lieux d’innovation technologique en matière de bois en France. Vous venez peut-être pour admirer la beauté de nos paysages, mais, pour sûr, vous venez également parce que cette conférence est co-organisée par le laboratoire LGP2 – qui est connu partout dans le monde pour ses recherches sur le blanchiment de la pâte – et Grenoble INP-Pagora qui cultive les plus hautes compétences en matière de technologie papetière".
Au cours des deux journées suivantes, IPBC s'est poursuivie sur le Domaine Universitaire grenoblois dans les locaux de Grenoble INP-Pagora et du Centre Technique du Papier. Huit sessions, soit 24 conférences au total, ont permis de faire un tour d’horizon complet des problématiques liées au blanchiment : procédés répondant aux exigences du développement durable (blanchiment à l’oxygène, à l’ozone et au peroxyde d’hydrogène), nouveaux agents de blanchiment, problème du jaunissement de la cellulose, amélioration des procédés existants, blanchiment dans les bioraffineries et utilisation des enzymes. En outre, deux sessions présentant 22 posters ont complété ce programme.

Un discours de Dominique Lachenal (Grenoble INP-Pagora/LGP2) retraçant les évolutions du blanchiment – dans lesquelles le LGP2 et Grenoble INP-Pagora ont joué un rôle très important – et donnant sa vision de l'avenir de cette technologie, a conclu cette International Pulp Bleaching Conference, une édition très réussie à la grande satisfaction des participants qui ont beaucoup apprécié la qualité des interventions et des échanges tant durant les sessions que durant les soirées de gala au Musée de Grenoble et au Château de Sassenage.


Communiqué de presse
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 21 novembre 2014

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes