Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Media

Impact du prétraitement de la biomasse lignocellulosique préalable à la production de biocarburant

Publié le 14 mars 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 10 décembre 2018

Charlotte LOUSTAU CAZALET, doctorante du LGP2, a soutenu sa thèse : "Relation Morphologie/Réactivité des substrats lignocellulosiques : impact du prétraitement par explosion à la vapeur".

PAG-car_these2.jpg

PAG-car_these2.jpg

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes a été préparée sous la direction du Professeur Christine CHIRAT (Grenoble INP-Pagora / LGP2).

Charlotte LOUSTAU CAZALET a présenté les résultats de sa recherche intitulée Relation Morphologie/Réactivité des substrats lignocellulosiques : impact du prétraitement par explosion à la vapeur.

Dans un contexte de transition énergétique et de lutte contre le réchauffement climatique, la production d'éthanol de 2e génération semble une voie très prometteuse pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Trois étapes clés sont nécessaires pour produire ce biocarburant : le prétraitement déstructure la matrice lignocellulosique afin de rendre la cellulose plus accessible aux enzymes ; l'hydrolyse enzymatique produit des sucres fermentescibles ; enfin, la fermentation transforme ces derniers en éthanol.

Le prétraitement par explosion à la vapeur, considéré par les industriels comme le plus efficace, comporte deux étapes – une cuisson acide puis une détente explosive provoquant l’éclatement mécanique du substrat lignocellulosique – afin de rendre la cellulose plus réactive à l'hydrolyse enzymatique. Cette thèse vise à mieux comprendre les effets physico-chimiques de ce prétraitement en s'appuyant notamment sur une discrimination expérimentale des phénomènes chimiques (réactions de dépolymérisation) et des phénomènes physiques (détente explosive) ainsi que sur une caractérisation multi-techniques et multi-échelles de la biomasse obtenue après le prétraitement. L'objectif est aussi de déterminer les principales caractéristiques de la biomasse provoquant les différences de réactivité observées lors de l'étape d'hydrolyse enzymatique et d'expliquer l'impact du prétraitement par explosion à la vapeur sur les propriétés physico-chimiques et donc sur la réactivité.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 14 mars 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes