Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche

InoFib, un projet d’industrialisation de microfibrilles de cellulose soutenu par le LGP2 et Grenoble INP-Pagora

Publié le 10 juillet 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Le Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2) et l’école d’ingénieurs Grenoble INP-Pagora soutiennent le projet InoFib qui vise la commercialisation à l’échelle industrielle d’un matériau innovant : les microfibrilles de cellulose (MFC).

InoFibInoFib, Karim MissoumLe projet InoFib, initié et porté par Karim Missoum, ingénieur-docteur en science des matériaux et bionanoparticules, avec l'appui scientifique de Naceur Belgacem et de Julien Bras, est le prolongement de sa thèse sur la fonctionnalisation et la modification de surface de nanofibrilles de cellulose, soutenue au LGP2 en novembre 2012. Cette thèse s'inscrivait dans le cadre du projet européen SUNPAP (Scale-Up Nanoparticles in Modern Papermaking) dont le champ d'étude et d'expertise incluait  les microfibrilles de cellulose.

Issues du bois, ressource naturelle renouvelable, les microfibrilles de cellulose sont produites à partir d'un traitement mécanique des fibres cellulosiques - ces dernières sont "pelées" en surface, de manière répétée. Les microfibrilles de cellulose obtenues sont comparables à des filaments extrêmement fins correspondant à un millionième de la dimension d'un cheveu.
InoFib, microfibrilles de cellulose (MFC)
Elles sont dotées d'excellentes propriétés mécaniques - proches de celles du Kevlar utilisé pour la confection de gilets pare-balles - et de très bonnes propriétés barrière à l'oxygène, une fonction indispensable dans le domaine de l'emballage. Ces propriétés font de ce matériau un véritable produit d'avenir aux nombreuses applications potentielles dans des secteurs comme la papeterie, l'emballage, la cosmétique, les composites ou encore les plastiques.

La start-up en cours de création propose différents grades de microfibrilles, modifiées ou non, répondant aux fonctionnalités recherchées par les clients.
Bénéficiant du soutien de Grenoble INP et de l'accompagnement de GRAIN (Grenoble Alpes Incubation), le projet InoFib a été nommé lauréat régional du concours Oséo 2013 dans la catégorie Émergence, recevant ainsi une enveloppe de financement de 35 000 €.

À la recherche de partenaires industriels, la future entreprise a déjà établi plusieurs contacts avec des entreprises intéressées par ce matériau innovant et prévoit de produire industriellement en France et de réaliser ses premières ventes dans les prochains mois.

Contact : Karim Missoum
Communiqué de presse
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 10 juillet 2013

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes