Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Media

Modifications de surface de nanocristaux de cellulose pour emballages alimentaires biosourcés

Publié le 19 mars 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In
Soutenance 5 mars 2020

Manon Le Gars, doctorante du LGP2, a soutenu sa thèse : "Modifications de surface de nanocristaux de cellulose pour des applications d'emballages alimentaires".

Modification de surface de nanocristaux de cellulose pour emballages alimentaires biosourcés

Modification de surface de nanocristaux de cellulose pour emballages alimentaires biosourcés

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes a été préparée sous la direction de Julien BRAS, Maître de Conférences HDR, et Naceur BELGACEM, Professeur (Grenoble INP-Pagora / LGP2), Philippe ROGER, Professeur, et Hanène SALMI-MANI, Maître de Conférences (Université Paris-Saclay).

Manon Le Gars a présenté les résultats de sa recherche intitulée Modifications de surface de nanocristaux de cellulose pour des applications d'emballages alimentaires.

Ce projet vise à développer de nouvelles modifications chimiques de surface des nanocristaux de cellulose (NCC) pour améliorer leur compatibilité avec le polymère biosourcé qu’est l’acide polylactique (PLA) et ce, afin de combiner leurs propriétés intrinsèques respectives.

Des matériaux multiphasiques ont été produits à partir du PLA en y incluant des nanomatériaux cellulosiques. L’application visée étant l’emballage alimentaire, l'amélioration des propriétés barrière du PLA, notamment vis-à-vis de l'oxygène et de la vapeur d'eau, est un point clé dans la caractérisation des produits finis. Plus précisément, différentes voies sont proposées pour le greffage de divers composés – polymères ou molécules – à la surface des nanocristaux de cellulose. Le succès de ces greffages a été confirmé et quantifié par diverses techniques de caractérisation. Les NCC modifiés sont introduits dans un matériau PLA selon deux stratégies : soit en tant que nanocharges dans une matrice PLA, avec des taux d'inclusion compris entre 2 et 10% massique, soit en tant que couche interne dans des matériaux multicouches de PLA.

Dans les deux cas, les matériaux finaux, préparés à partir de PLA et de nanomatériaux cellulosiques modifiés, présentent des propriétés intéressantes en termes d’homogénéité, de transparence et de barrière à l'oxygène et à la vapeur d'eau, conformément aux propriétés requises pour les matériaux de conditionnement alimentaire.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 19 mars 2020

Université Grenoble Alpes