Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Media

Nanofibrilles de cellulose fonctionnalisées pour dispositifs médicaux biosourcés

Publié le 19 mars 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 11 février 2019

Hippolyte DURAND, doctorant du LGP2, a soutenu sa thèse : "Fonctionnalisation de nanofibrilles de cellulose pour le développement de dispositifs médicaux biosourcés".

PAG-car_these1.jpg

PAG-car_these1.jpg

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes a été préparée sous la direction de Julien BRAS, Maître de Conférences HDR et Naceur BELGACEM, Professeur (Grenoble INP-Pagora / LGP2) et co-encadrée par Elisa ZENO, Ingénieur de Recherche (CTP).

Hippolyte DURAND a présenté les résultats de sa recherche intitulée Fonctionnalisation de nanofibrilles de cellulose pour le développement de dispositifs médicaux biosourcés. L’engouement pour la nanocellulose se confirme aussi bien dans le milieu scientifique que chez les industriels. Cette thèse explore la modification chimique des nanofibrilles de cellulose (CNF) pour des applications médicales.

Thèse H. DurandDes drogues et prodrogues de principes actifs (PA) ont été liées de manière covalente ou adsorbées sur des films ou des suspensions de CNF. Pour l’immobilisation covalente, une première stratégie d’estérification en milieu aqueux a été appliquée sur des films de CNF. Les propriétés antibactériennes contre des bactéries à gram positif et à gram négatif, ainsi que l’activité par contact prolongée de ces films, ont été confirmées.

La seconde stratégie a porté sur la modification des suspensions de CNF par une procédure en plusieurs étapes – amidation puis chimie click – à nouveau en phase aqueuse. Des outils de caractérisation innovants – la résonance magnétique nucléaire (RMN) dopée par la polarisation dynamique nucléaire (PDN) – ont complété les techniques classiques afin de prouver le succès du greffage chimique.

L’adsorption de principes actifs sur les films et suspensions de nanofibrilles de cellulose a été menée en parallèle de l’immobilisation covalente. Ensuite, les films de CNF avec des principes actifs greffés ou adsorbés ont été utilisés pour former des membranes dédiées à l’application externe. Quant aux suspensions de CNF avec principes actifs greffés ou adsorbés, elles ont été intégrées à des matrices de collagène afin de créer de nouveaux composites pour la réparation tissulaire. Leur activité antibactérienne et leurs propriétés de relargage contrôlé confirment l’intérêt de ces composites pour la conception de dispositifs médicaux innovants.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 19 mars 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes