Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Media

Prétraitements de la cellulose pour une nanofibrillation par extrusion

Publié le 15 mars 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 1 février 2019

Fleur ROL, doctorante du LGP2, a soutenu sa thèse : "Prétraitements de la cellulose pour une nanofibrillation par extrusion".

PAG-car_these5.jpg

PAG-car_these5.jpg

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes a été préparée sous la direction de Julien BRAS, Maître de Conférences HDR (Grenoble INP-Pagora / LGP2).

Fleur ROL a présenté les résultats de sa recherche intitulée Prétraitements de la cellulose pour une nanofibrillation par extrusion.

F. Rol thèse 2019Le projet CERISE, mené sous l’égide du Laboratoire d’Excellence Tec21 et de l’Institut Carnot PolyNat, vise à développer un nouveau procédé de fabrication de nanofibrilles de cellulose (NFC) à fort taux de matière sèche et consommant peu d’énergie. L’extrusion bi-vis – une technique industrielle efficace énergétiquement et facile à adapter – a été utilisée pour produire des NFC à 20% de matière sèche. En diminuant considérablement leur teneur en eau, cette nouvelle stratégie diminue le coût de leur transport, améliore leur stockage et élargit leur domaine d’application.

Cette thèse a consisté à
• Développer de nouveaux prétraitements chimiques des fibres de cellulose, respectueux de l’environnement, afin de faciliter la nanofibrillation de la cellulose et de produire des NFC fonctionnelles de qualité.
• Optimiser les conditions d’extrusion ainsi que le profil de vis.
• Préparer des matériaux à partir de cette nouvelle matière.

Quatre prétraitements chimiques, identifiés comme aisément industrialisables, ont été optimisés. La nanofibrillation par extrusion a été simulée par un logiciel afin d’obtenir des conditions d’extrusion optimales. La production de nanofibrilles de cellulose de qualité à l’échelle semi-industrielle a été validée. Différentes applications sont envisagées pour ces nouvelles NFC à fort taux de matière sèche.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 15 mars 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes