Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Codegepra

Prix de Thèse 2019 du Codegepra

Publié le 26 juillet 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Prix et distinctions 25 juin 2019

En juin dernier, le Codegepra a récompensé la thèse de Saheb Maghsoodloo Babakhani sur la cristallisation d'hydrates mixtes de gaz.

PAG_codegepra-prix.jpg

PAG_codegepra-prix.jpg

Préparée dans le cadre des MINES Saint-Etienne sous la direction des Dr. Jean-Michel Herri et Dr. Baptiste Bouillot, la thèse de Saheb Maghsoodloo Babakhani soutenue en 2018 s'intitule : Cristallisation à l'équilibre et hors équilibre d'hydrates mixtes de gaz : Mesures PVTx et modélisation thermodynamique.

Les hydrates de gaz sont des composés solides non stoechiométriques de molécules de gaz et d'eau. Ils jouent un rôle important en ‘’flow-assurance’’, dans des pipelines pétroliers, mais aussi dans d’autres domaines d’application. En effet, ils peuvent fournir des solutions techniques innovantes dans différents domaines comme le traitement de l'eau, le stockage et le transport de l'énergie, ou la séquestration du dioxyde de carbone.
Contrairement à la plupart des données de la littérature sur les hydrates mixtes de gaz, qui fournissent uniquement des données de température-pression-composition gaz (PTy), cette étude fournit également la composition, le volume, la capacité de stockage, la densité de la phase hydrate, ou encore le nombre d'hydratation et la conversion d'eau. En effet, les hydrates de gaz mixtes ont été étudiés expérimentalement non seulement à l'équilibre, mais aussi pendant la cristallisation dans des conditions non équilibrées. Les expériences ont été réalisées dans trois réacteurs à haute pression (volume de 1 à 2400 cm3). Les données expérimentales ont été obtenues par différentes techniques analytiques telles que la chromatographie en phase gazeuse (GC), la chromatographie ionique (IC) et la spectroscopie Raman. En outre, un modèle thermodynamique, basé sur la méthode de van der Waals et Platteeuw avec le potentiel de Kihara, a été utilisé. Lire plus

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 26 juillet 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes