Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

Julien Bras honoré par l'IMT-Académie des sciences

Publié le 18 décembre 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Distinction / prix 21 novembre 2017

Le Directeur-adjoint du LGP2 a reçu le Prix Espoir IMT-Académie des sciences lors de la séance solennelle sous la coupole de l’Institut de France.

PAG_car-bras-prix-imt.jpg

PAG_car-bras-prix-imt.jpg

Ce prix créé par l’Institut Mines-Télécoms (IMT) et l’Académie des sciences récompense des contributions scientifiques exceptionnelles au niveau européen dans trois domaines : sciences et technologies de la transformation numérique dans l’industrie ; sciences et technologies de la transition énergétique ; ingénierie de l’environnement. Le Prix Espoir IMT – Académie des sciences est décerné à un(e) scientifique travaillant en France, ou en Europe en liaison étroite avec des équipes françaises, dont les travaux ont conduit à l’émergence d’innovations et de démarches en rupture et ont contribué à la recherche en partenariat avec les entreprises.
Julien BRAS est Maître de Conférences HDR à Grenoble INP-Pagora depuis 2006. Il était auparavant ingénieur dans une entreprise de la filière papetière entre France, Italie et Finlande. Directeur-adjoint du Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2), il est également à la tête de l'équipe Matériaux biosourcés multi-échelles (MatBio).
Depuis plus de 15 ans, ses recherches sur la cellulose à l'échelle nanométrique visent à obtenir des biomatériaux performants et à développer les usages de ces ressources renouvelables. Le contrôle des processus de déstructuration et restructuration des fibres de cellulose peut donner accès à une grande variété de matériaux utilisables dans des domaines extrêmement divers, avec un impact environnemental limité. Pour y parvenir, l’originalité de son travail a été d’adopter une perspective pluridisciplinaire et multi-échelles ; dans l’hybridation de procédés biologiques (enzymatiques), chimiques (attaque par des acides ou des bases), et de procédés physiques (broyage, homogénéisation, extrusion), pour aboutir au contrôle de la structuration de la cellulose en continu depuis l’échelle nanométrique jusqu’à l’échelle métrique, et pour obtenir des produits finaux industrialisables et industrialisés.
Son bilan scientifique fait apparaître 111 publications de revues à impact factor. La perspective industrielle de ses recherches apparaît non seulement dans ses collaborations, mais aussi dans les neuf brevets déposés, et plus particulièrement, dans les deux start-up à la création desquelles Julien Bras a contribué : Poly-Ink, spécialisée dans la production d’encres conductrices transparentes pour l’industrie électronique, et InoFib, spécialisée dans la production de nanocelluloses pour l’industrie du papier, des composites et la chimie.

Lire

Julien Bras : la nature comme terrain de jeu.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Anne Pandolfi

mise à jour le 12 janvier 2018

Soutien financier par

Communauté Université Grenoble Alpes