Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Pass pour un monde en devenir
Ecole internationale du papier, de la communication imprimée et des biomatériaux
Pass pour un monde en devenir

Le placement des ingénieurs de Grenoble INP-Pagora en 10 questions

Publié le 20 juin 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Frédéric Munoz, en charge du Service Placement-Emploi, fait le point sur le devenir professionnel des ingénieurs diplômés de Grenoble INP-Pagora.

pag_carrousel-placement.jpg

pag_carrousel-placement.jpg

1 - Quel est le taux net d'emploi des ingénieurs de Grenoble INP-Pagora des deux dernières promotions (2012 et 2013) ?
Les résultats partiels de l'enquête 2014 "Insertion des jeunes diplômés" de la Conférence des Grandes Écoles, publiés récemment, indiquent un taux de 94% pour la promotion 2012 (soit 18 mois après la sortie de l'école) et de 89% pour la promotion 2013 (soit 6 mois après la sortie de l'école). Ce sont de bons résultats indiquant que les ingénieurs diplômés de Grenoble INP-Pagora se placent bien malgré un contexte industriel général délicat.

2 - Quelle est la durée moyenne de recherche du premier emploi ?
La durée moyenne de recherche  du premier emploi est d'environ 3 mois.

3 - Les ingénieurs de Grenoble INP-Pagora ayant suivi leur cursus par apprentissage trouvent-ils plus rapidement leur premier emploi ?
Ils accèdent en effet plus rapidement à l'emploi pour plusieurs raisons.
  • Ils peuvent être recrutés immédiatement à la sortie de l'école par leur entreprise d'accueil voire par une entreprise du même groupe.
  • L'expérience acquise en entreprise durant la formation par apprentissage leur permet de mieux déterminer les fonctions visées et de mener leur recherche de manière plus ciblée et plus efficace.
  • Durant leur contrat d'apprentissage, ils commencent à développer un réseau bien utile pour la recherche d'emploi.

4 - Restent-ils dans leur entreprise d'accueil ?

50% d'entre eux restent dans l'entreprise d'accueil ou dans une entreprise du même groupe. Il faut toutefois souligner qu'avoir fait la formation par apprentissage n'est pas un frein pour trouver un emploi à l'international. En effet, ces jeunes ingénieurs français, qui comptent déjà 2 à 3 ans d'expérience professionnelle, intéressent beaucoup les recruteurs étrangers.

5 - Quel est le taux d'emploi à l'international des jeunes diplômés de l'école ?
Parmi les juniors salariés sortis en 2013, 32% des sortants en activité travaillent à l’étranger.

6 - Quels sont leurs atouts pour trouver un emploi à l'international ?
Ils bénéficient de la rareté des connaissances et des compétences acquises à Grenoble INP-Pagora qui est l'un des seuls établissements en Europe à dispenser des enseignements au niveau ingénieur dans ces domaines spécifiques. Au cours de leur formation, le développement d'une culture internationale via notamment un enseignement dynamique des langues [cf. CV multimédia 2013 & 2014] et la possibilité d'effectuer des stages voire une partie de leur cursus à l'étranger les préparent à rechercher un poste hors de l'Hexagone.

7 - Dans quel type d'entreprise les ingénieurs de Grenoble INP-Pagora débutent-ils leur vie professionnelle ?
Parmi les ingénieurs diplômés en 2013, 96% ont été embauchés par des entreprises privées et 64% sont en CDI. Nombre d'entre eux ont trouvé un poste dans de grands groupes. Toutefois, il faut noter que 32% ont choisi de travailler dans des PME (entreprises de moins de 100 salariés).

8 - Comment trouvent-ils leur premier emploi ?
Les élèves-ingénieurs et les jeunes dipômés trouvent au sein même de Grenoble INP-Pagora un accompagnement fort de leurs démarches en vue de leur insertion professionnelle. Ce suivi constant et réactif est favorisé par la taille réduite de l'école et son organisation pédagogique articulée dès la 1re année autour du projet professionnel de l'étudiant. D'ailleurs, et c'est une spécificité de Grenoble INP-Pagora, les deux tiers des juniors trouvent un emploi dans le cadre d’une interface directe avec l’école : stage, apprentissage, diffusion d’une offre par le Service Placement-Emploi, aide au placement par diffusion des CV aux recruteurs, réseau des anciens... 

9 - Dans quels secteurs les ingénieurs de Grenoble INP-Pagora trouvent-ils leur premier emploi ?
Les jeunes diplômés trouvent leur premier poste dans des secteurs en lien direct ou indirect avec le cœur de métier de Grenoble INP-Pagora : emballage, communication imprimée, papier carton, chimie... Une grande partie d'entre eux travaille en production ou à la proximité directe d’un centre de production. En outre, une part non négligeable travaille pour les fournisseurs de nos industries (fournisseurs de matériel, produits chimiques, logiciels...). Les besoins de renouvellement des effectifs mais aussi de développement de nouveaux produits que connaissent les entreprises de ces secteurs en pleine mutation favorisent grandement le recrutement des nouvelles générations d'ingénieurs de l'école.
L’enjeu actuel de Grenoble INP-Pagora se situe dans l’accès des jeunes diplômés à des emplois associés aux nouvelles thématiques de l’établissement : bioraffinerie, biomatériaux, électronique imprimée... Les emplois proposés actuellement dans ces secteurs émergents concernent plutôt la Recherche & Développement. Certains postes proposés aux apprentis ces dernières années ainsi que certains sujets de projets de fin d’études récents montrent que les besoins d’entreprises de ces secteurs se confirment.

10 - Quelle carrière un ingénieur de Grenoble INP-Pagora peut-il envisager ?
Plus de la moitié des jeunes diplômés de Grenoble INP-Pagora démarre sa carrière en production/fabrication ou dans un service proche. Le salaire moyen annuel brut (hors primes) est de 31 900 euros. Les statistiques montrent ensuite une évolution vers des postes d’encadrement et d’organisation des fonctions de production. Dans des structures à hiérarchie relativement courte, comme on en trouve dans les métiers du papier et de la communication imprimée, cela amène un nombre significatif d’ingénieurs à accéder assez rapidement à des fonctions managériales : direction de site, direction technique, etc.

Contact : Frédéric Munoz
Voir aussi

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Anne Pandolfi

mise à jour le 20 juin 2014

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus