Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

LGP2 - Conférence du Dr. Mark Staiger sur les composites tout-cellulose

Publié le 28 mai 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Conférence 18 juin 2013

Mark Staiger, Maître de Conférences à l'Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande, invité par le laboratoire LGP2, donnera une conférence le 18 juin 2013 sur le thème "An overview of all-cellulose composites".

Diplômé de l'Université Monash (Melbourne, Australie), Mark Staiger est Maître de Conférences au Département de Génie Mécanique à l'Université de Canterbury (Christchurch, Nouvelle-Zélande) et chercheur associé à l'Institut MacDiarmid.
Il a développé des groupes de recherche dans les domaines des biocomposites, nanofibres et métaux biodégradables. Il dispose de laboratoires dédiés à la production d'alliages légers et de nanofibres (électrofilature), l'analyse de la corrosion, l'analyse thermique des polymères et des composites, ainsi que d'installations complètes pour les essais mécaniques des matériaux dans un large éventail de conditions environnementales différentes.

Les fibrilles de cellulose élémentaires ont la rigidité la plus élevée de tous les matériaux naturels et leur résistance à la traction les classe également au-dessus de la plupart des solutions alternatives. Par conséquent, les matériaux cellulosiques ont le potentiel pour jouer un rôle important dans le développement futur des alternatives durables aux matériaux à base de pétrole couramment utilisés dans les matériaux composites conventionnels.

Cependant, les propriétés remarquables de la cellulose ne sont pas exploitées dans de nombreux biocomposites contenant de la cellulose en raison d'une mauvaise liaison entre la fibre cellulosique et la matrice polymère. Une forte adhésion fibre-matrice permet un transfert de charge amélioré à travers le composite, et détermine en grande partie l'efficacité mécanique de ce dernier. En règle générale, les biocomposites utilisent des matériaux chimiquement différents pour le renforcement (fibres naturelles hydrophiles) et la matrice (polymères thermoplastiques ou thermodurcissables dérivés de la pétrochimie).

Les composites tout-cellulose représentent une classe relativement nouvelle de composites qui, contrairement à d'autres biocomposites, sont entièrement fabriqués à partir de matériaux cellulosiques et ont donc une matrice et une phase de renforcement chimiquement identiques. Cette conférence abordera les relations traitement-structure-propriétés des composites tout-cellulose en donnant un aperçu des travaux menés à l'Université de Canterbury.

Lieu : Grenoble INP - Pagora
Mardi 18 juin 2013, à partir de 14h - Salle D2
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Anne Pandolfi

mise à jour le 29 mai 2013

Soutien financier par

Communauté Université Grenoble Alpes