Aller au menu Aller au contenu
Pass pour un monde durable
Pass pour un monde durable
Pass pour un monde durable

> L'école > Veille

Rapports de veille technologique & intelligence économique

Rapports rédigés par des élèves-ingénieurs de 2e année à partir de leurs travaux d'analyse technico-économique effectués durant le cours Veille technologique et intelligence économique.

Dernières publications - 2020

  • De la Préhistoire à nos jours, fait de bois, de tissu puis de plastique, le jouet remplit une fonction de divertissement et d'accompagnement de l'enfant dans son développement vers l'âge adulte. Dépendante des matériaux dérivés du pétrole, l'industrie du jouet cherche aujourd'hui des alternatives plus respectueuses de l'environnement. Le recours aux matériaux issus de la biomasse pour fabriquer des jouets est-il possible ? Les jouets biosourcés sont-ils techniquement et économiquement viables ?
  • Apparue au cours de la Drupa 2012, la nanographie se présente comme un procédé innovant combinant les atouts du jet d’encre et de l'offset. Elle fait la promesse d’une très grande qualité d’impression grâce à une encre à base de nanopigments adaptée à de grandes vitesses, sur tout type de support, sans séchage post-impression et avec de nombreux avantages économiques. Cependant, ce procédé est toujours en développement et le secret demeure sur ses performances réelles et les coûts engendrés. Ce rapport tente de répondre à la question : comment se positionne la nanographie sur les marchés de l’impression de labeur et de l’emballage ?
  • À l’heure du zéro déchet, une question ressort sur les protections intimes : jetables ou réutilisables ? Elle est au cœur des débats dans le secteur des couches-culottes (à base de cellulose et à usage unique) bousculé par de nouvelles exigences. L'alternative : revenir à la couche-culotte lavable. Ce rapport de veille compare les deux options. Son objectif : établir une étude globale du marché, des solutions proposées et des différents acteurs, ainsi que des problématiques actuelles (par exemple, la toxicité).
  • La prise de conscience environnementale de l'opinion publique, soutenue par des réglementations de plus en plus strictes, poussent aujourd'hui le secteur du bâtiment à respecter plus fermement le développement durable. La tendance est donc à l'utilisation de matériaux (béton et isolants) biosourcés pour le compte des particuliers aussi bien que des groupes industriels. Quelle place occupent réellement ces matériaux sur le marché de la construction ? Solutions sérieusement envisageables conformes aux attentes sanitaires et environnementales tout en offrant des performances énergétiques et financières convenables ? Ou effet de mode passager afin de satisfaire les clients les plus exigeants mais sans positionnement durable sur le marché ?
  • Les enjeux de l’électronique imprimée étirable sont de conserver les performances électriques de dispositifs en état de flexion ou d’étirement sans dégrader les propriétés mécaniques et physiques de ces derniers. L'électronique imprimée étirable permet une grande variété d'applications car ses composants peuvent être compressés voire tordus et convenir à des surfaces non planes complexes. Ainsi, elle s'adapte aux applications qui nécessitent une intégration intime avec le corps humain, exigeant des formes curvilignes et/ou des réponses élastiques à de grandes déformations. Une souplesse qui intéresse divers secteurs : médical, militaire, textile…
  • La cellulose bactérienne porte de grands espoirs dans le secteur médical (chirurgie, notamment vasculaire, soins dentaires...) Comment peut-elle être utilisée pour améliorer des traitements existants ? Quelle est son action réelle sur l’organisme ? Quels sont les protocoles de production applicables pour la médecine ? Quels sont leurs impacts sur l’environnement ?

[Années précédentes]

mise à jour le 8 décembre 2020

Université Grenoble Alpes