Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Actualités du LGP2

Smart and Safe Packaging

Publié le 14 décembre 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In
Soutenance 20 novembre 2020

Hugo Spieser, doctorant du LGP2, a soutenu sa thèse : "Smart and Safe Packaging".

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes et de l'Université de Swansea (UK) a été préparée sous la direction de Julien Bras, Maître de Conférences HDR (Grenoble INP-Pagora/LGP2) et du Professeur David Gethin (Swansea University), et le co-encadrement d'Aurore Denneulin, Maître de Conférences (Grenoble INP-Pagora/LGP2) et du Professeur Davide DEGANELLO (Swansea University)

Hugo Spieser a présenté les résultats de sa recherche intitulée Smart and Safe Packaging. En lien avec les dernières innovations dans le domaine des emballages, ce projet collaboratif a pour but d’implémenter de nouveaux micro- et nanomatériaux innovants pour le développement d’emballages actifs et intelligents dans le domaine alimentaire et médical. Il se focalise en particulier sur deux stratégies : le développement d’emballages antibactériens d’un côté et de capteurs de gaz de l’autre.

La première stratégie est dédiée à l’utilisation combinée de nanofils d’argent et de nanofibrilles de cellulose pour la production de surfaces antibactériennes. La formulation d’encres ainsi que les paramètres de dépôt ont été optimisés pour différent procédés tels que l’enduction ou l’impression sérigraphique. Une forte activité antibactérienne contre des souches bactériennes Gram-positive mais aussi Gram-négative a été prouvée pour toutes les surfaces préparées. Des propriétés intéressantes relatives au domaine des emballage actifs ont aussi été démontrées telles que la conservation d’une haute transparence et l’amélioration des propriétés barrière.

Dans la seconde stratégie, des capteurs de gaz ont été préparés en utilisant un mélange actif composé de Cuivre benzène-1,3,5-tricarboxylate Metal Organic Framework et de carbone-graphène, déposé sur des électrodes flexibles produites par sérigraphie. Les capteurs sont faciles à produire et ont été optimisés pour présenter de bonnes performances à la fois pour détecter et quantifier l’ammoniac gazeux mais aussi servir de capteurs d’humidité, ce qui prouve leur versatilité et leur important potentiel industriel.

Ce projet a donc conduit à différentes solutions innovantes qui peuvent relever les défis de l’industrie des emballages.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 22 juin 2021

Université Grenoble Alpes