Aller au menu Aller au contenu
LGP2, un pôle de recherche innovant
LGP2, un pôle de recherche innovant

> Recherche > Media

Techniques de dérivation chimique pour l’analyse de la lignine

Publié le 19 février 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In
Soutenance 30 janvier 2020

Sudha Esakkimuthu, doctorante du LGP2, a soutenu sa thèse : "Étude de nouvelles techniques de dérivation chimique de la lignine en vue de l'analyse par chromatographie d'exclusion stérique".

Cette thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes a été préparée sous la direction du Professeur Gérard Mortha et de Nathalie Marlin, Maître de Conférences HDR (Grenoble INP-Pagora / LGP2).

Esakkiammal Sudha Esakkimuthu a présenté les résultats de sa recherche intitulée Étude de nouvelles techniques de dérivation chimique de la lignine en vue de l'analyse par chromatographie d'exclusion stérique.

La lignine est le deuxième biopolymère le plus abondant sur la planète après la cellulose. Elle se compose de structures aromatiques tridimensionnelles hautement ramifiées, comportant divers groupes fonctionnels.

Ce travail de thèse vise à établir des méthodes de dérivation pour l'analyse de la lignine, à quantifier les groupes fonctionnels et à déterminer la distribution des masses molaires de la lignine (DMM) par chromatographie d’exclusion stérique (SEC). Cinq lignines techniques ont été étudiées : Protobind 1000, Organosolv, lignine Kraft de pin, lignine Kraft d’eucalyptus et Indulin. Elles ont été dérivées par une méthode classique d’acétylation et de nouvelles méthodes telles que la fluorobenzylation et la fluorobenzoylation. Le nombre d'hydroxyles présents dans les échantillons de lignine est quantifié par des techniques GC et RMN (1H, 13C, 19F et 31P). La distribution des masses molaires des lignines dérivées est calculée en utilisant différentes colonnes SEC avec différents solvants (DMAc et THF). Des méthodes d'étalonnage conventionnelles et universelles sont utilisées pour les calculs de DMM.

Avec cette approche, les nouvelles techniques de dérivation augmentent de manière significative la solubilité de la lignine dans le THF et donc améliorent les résultats de l’analyse chromatographique. L'étalonnage universel conduit à environ trois fois les valeurs de masses molaires calculées par étalonnage standard.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 20 février 2020

Université Grenoble Alpes